Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

 

 ecoles versusLes écoles d’ostéopathie versus SFDO, Le Monde et Le Figaro

Le Monde : Ostéopathie : comment choisir son école ?

Le Monde M Campus (Aurélie Djavadi) a publié le 3 février 2017 un article succinct - article repris directement du site du SFDO (s’il n’a pas été fourni directement par le syndicat) dont le titre nous semble induire en erreur les lecteurs de ce journal : Ostéopathie : comment choisir son école ? Plus de 50 formations de qualités très diverses existent (c’est nous qui soulignons). Le point pour s’y repérer.

S’il est vrai qu’il y avait plus de 50 établissements qui ont obtenu leur agrément d’écoles de formation suite aux décrets de mars 2007, décrets que toute la profession a reconnu comme décevants et mal adaptés à la formation en ostéopathie, depuis la publication des décrets de 2014-2015, le problème ne se pose plus dans les mêmes termes puisque seuls 31 établissements ont obtenu leur agrément cette fois-ci.

Est-il besoin de revenir sur la non-qualification en 2015 de certaines écoles - comme le fait la journaliste du Monde reprenant des arguments surannés et désormais totalement obsolètes - telles ATMAN et Ostébio pour ne citer que ces deux-là qui ont obtenu du Conseil d’État un réexamen de leur dossier ? Et surtout sur les conditions de refus d’agrément qui n’ont pas été toujours très claires comme le montre le document, que nous avons obtenu, de la Commission Consultative Nationale d’Agrément (CCNA) qui refuse une école alors qu’elle est agréée par le ministère et qui refuse d’autres écoles sur des motifs qui ont été rejetés par le Conseil d’État !

Le Monde reprend les « conseils du SFDO » qui propose

« de se fonder sur quatre critères :

1. l’enregistrement à bac + 5 de la formation au Registre national des certifications professionnelles (RNCP),
2. la capacité d’accueil de la clinique interne,
3. la mise à disposition d’une enquête d’insertion et
4. les résultats des premières demandes d’agrément en 2015 ».

Reconnaissons que ces critères sont plus des critères subjectifs, administratifs et propres au SFDO que des critères de qualité de la formation étayés par des enquêtes dans les établissements pour vérifier si les normes établies par les décrets de 2014-2015 sont bien respectées.

SFDO : Étude sur les enquêtes d’insertion des établissements de formation

Selon le SFDO, sur son site, les « critères objectifs confirmant une formation de haut niveau » sont au nombre de deux :

1. Le Répertoire national des certifications professionnelles
2. La formation pratique clinique

1. - Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

Selon ce syndicat, qui donne la liste de l’ensemble des écoles dans un article, Étude sur les enquêtes d’insertion des établissements de formation, 14 établissements sont inscrits au RNCP de niveau 1 et une au niveau 2. Plus surprenant, le tableau oublie l’inscription de certaines écoles comme IDO, le COB, le COS Strasbourg Europe

Liste des écoles de formation en ostéopathie inscrite au RNCP

Niveau I

1. ISOsteo Lyon, code RNCP : 18200, inscrit du 02/02/2011 au 30/11/2019
2. Ces 4 écoles ont le même code RNCP : 21677 ou code RNCP : 18208, inscrites du 02 février 2011 au 30 janvier 2019
   2. a - École Supérieure d'Ostéopathie (ESO),
   2. b - Centre international d'ostéopathie (CIDO),
   2. c - Institut des hautes études ostéopathiques (IdHEO),
   2. d - Collège ostéopathique de Provence Aix Marseille (COP Aix Marseille)
3. ITO, code RNCP : 18201, inscrit du 02 février 2011 au 30 janvier 2019
4. CSO Paris, code RNCP : 16215, inscrit du 01 juin 2008 au 5 mars 2018
5. Holistéa (ex-COE), code RNCP : 18206, inscrit du 02 février 2011 au 30 janvier 2019
6. IDO, code RNCP : 26845, 02 janvier 2012 au 07 septembre 2019.
7. Les deux écoles du CEESO, code RNCP : 18203, inscrits du 02 février 2011 au 30 janvier 2019
   7. a - CEESO Lyon, Code RNCP : 27042, inscrit du 02 février 2011 au 30 janvier 2019
   7. b - CEESO Paris
8. Trois écoles avec le même code RNCP : 26843, inscrit du 02 janvier 2011 au 07 septembre 2019.
   8. a - Collège ostéopathique de Bordeaux,
   8. b - Collège ostéopathique Sutherland Strasbourg Europe,
   8. c École ostéopathie Paris
9. IFO GA Avignon, code RNCP : 26844, inscrit du 02 janvier 2011 au 07 septembre 2019
10. INSO Lille, code RNCP : 19451, inscrit du 02 janvier 2010 au 09 août 2019.

Niveau II

8. Ostéobio, code RNCP : 16324, intitulé "Ostéopathe biomécanicien" avec effet au 02 janvier 2007, jusqu'au 9 décembre 2017.

2 écoles inscrites au RNCP ont leur inscription périmées

   - ATMAN, code RNCP : 13891, inscrit du 01 juin 2008 au 19 janvier 2015.
   - ATSA, code RNCP : 16636, inscrit du 01 juin 2009 au 28 avril 2016.

Il y a donc 16 écoles inscrites au RNCP de niveau I et une de niveau II (mise à jour 09/02/2017)

Rappelons qu’en aucun cas l’inscription au Répertoire National des Certifications Professionnelles n’a été choisi comme critère d’agrément par le ministère et que mettre en avant ce critère est un a priori qui ne donne pas forcément une légitimité particulière aux écoles qui l’ont obtenu.

Plus surprenant, et d’après nos informations, certaines écoles dans la première version de ce tableau (du 02/02/2017 et non du 3 février comme le dit Le Figaro) n’étaient pas inscrites au RNCP et qu’elles ont dû demander un rectificatif au SFDO, rectificatif qui n’a pas été pris en compte par les journaux qui ont relayé l’information. Et selon notre propre étude (voir l’encadré), il existe quelques écoles qui sont marquées comme n’ayant pas la certification alors qu’elles l’ont bel et bien. D’où viennent ces oublis de la part d’un syndicat qui se dit au fait de l’information et qui publie une étude entachée d’erreurs ou d’omissions ? Sont-elles volontaires pour que la démonstration aille dans le sens voulu par ce syndicat, partie prenante de la Fédération de l’Enseignement Supérieur en Ostéopathie (FNESO) dont les écoles suivantes en sont membres : CIDO, COE, COP, ESO, IdHEO, ISOstéo Lyon, InSO Lille, CETHOM, ITO.

Dans son tableau, le SFDO mentionne, outre le RNCP, trois autres critères :

   - Enquête possible
   - Enquête publiée
   - Lien de l'enquête d'insertion publiée

Ces critères sont liés à l’article 19 du Décret n° 2014-1043 du 12 septembre 2014 relatif à l’agrément des établissements de formation en ostéopathie :

« L'établissement réalise une enquête d'insertion à dix-huit et trente mois après l'obtention du diplôme et en publie les résultats ».

Or, le SFDO oublie totalement l’article 9 du Décret n° 2014-1505 du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie qui stipule :

« Les dispositions du présent décret sont applicables aux étudiants entrant en première année de formation à compter de la rentrée de septembre 2015. Les étudiants ayant entrepris leurs études avant cette date demeurent régis par les dispositions du décret n° 2007-437 du 25 mars 2007 susvisé. Les modalités de poursuite d'études des étudiants mentionnées à l'alinéa précédent qui redoublent ou ont interrompu leur formation sont précisées par l'arrêté mentionné à l'article 1er. »

De plus, les liens donnés ne montrent pas toujours le résultat de l’enquête :

Les écoles Holistéa, CEESO Paris et CEESO Paris & Lyon, IdHEO, CIDO, ISOstéo, Ostéobio, ISO ParisESO Paris Suposteo publient effectivement une enquête.

Or si nous regardons la date de l'enquête, nous avons : Holistéa : 2009-2012 ; CEESO Paris : promotion 2012 ; CEESO Paris Lyon : 2009-2011 ; IdHEO : 2011-2014 ; CIDO : 2009-2014 ; ISOstéo : fait une très belle analyse mais ne donne pas de chiffre concernant ses étudiants mais celle de UNASA !  ; Ostéobio : diplômés de 2012 à 2015 ; ISO Paris : 2010-2012 ; ESO Paris Suposteo : 2013-2014. Reconnaissons que ces enquêtes, utiles si elles portaient sur le même nombre d'années et étaient unformes donneraient une bonne appréciation de l'insertion des jeunes diplômés. Est-ce le cas ? A chacun de se faire sa propre opinion.

Remarquons que les écoles plus récentes n’ont pas encore eu de diplômés et donc l’enquête ne peut exister. Y aurait-il deux poids et deux mesures a priori pour le SFDO ?

2. - La formation pratique clinique

En ce qui concerne la formation pratique, le SFDO rappelle les critères de cette formation, critères a minima et qui à nos yeux sont loin d’être suffisants.

Le Figaro Étudiant - Les écoles d’ostéopathie épinglées pour leur manque de sérieux

Le Figaro Étudiant (Ludivine Coste) du 3 février 2017 reprend l’enquête du SFDO et titre Les écoles d’ostéopathie épinglées pour leur manque de sérieux, et, comme par hasard, trouve que les seules écoles valables sont celles-ci :

Holistéa, ESO Suposteo, CEESO Paris, CEESO Lyon, Idheo Nantes, CIDO, Isosteo Lyon, Osteobio et l’Institut supérieur d’ostéopathie de Paris.

Or que trouve-t-on dans cette liste ? les seules 9 écoles qui ont publié le résultat de l’enquête d’insertion. C’est un vrai copier-coller ! Est-ce donc cela qui donne la qualité de la formation ?

Le vrai du faux ?

Une question se pose : comment se fait-il que toutes les écoles n’aient pas été contactées avant cet article et qu’elles aient eu tant de mal à faire rectifier - du moins pour certaines - les erreurs ou omissions ? Et en dernier ressort, que cherche-t-on à démontrer dans une étude comme celle-ci ? la valeur de la formation ? son manque de sérieux ? ou tout simplement de faire de la publicité pour certaines écoles, celles choisies non pas sur des critères réellement objectifs, mais sur des critères très subjectifs puisque ce sont ces mêmes écoles que le SFDO a toujours défendues !

Une autre question se pose sur la validité des articles des deux journaux cités : ont-ils véritablement enquêté sur les écoles d’ostéopathie, ou ont-ils simplement repris ce qu’a publié le SFDO sans vérification. Or ces deux journaux, considérés comme des journaux d’investigation et qui vérifient d’habitude les informations qu’ils donnent, sont pris là en flagrant délit de recopie pure et simple d’un article d’un syndicat professionnel qui ne correspond pas forcément à l’avis de l’ensemble de la profession et qui ne représente que lui dans le POF (Paysage Ostéopathique Français).

Qui pâtit de cette information un peu incomplète et orientée ? c’est la profession toute entière ! et en ce sens on ne peut qu’être profondément déçu de la manière dont un syndicat professionnel traite l’Ostéopathie !

Jean-Louis Boutin, Ostéopathe (mise à jour le 09/02/2017)

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 551 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut