Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

puzzle
fotolia 47278801
legislation
fotolia_47482661

2003 : "Ostéo", L'unité ?
Editorial de janvier 2003
Auteur : Jacques Lapouméroulie

La fin de l'année est propice aux bilans. Permettez moi de vous livrer quelques réflexions. Merci à Jean-Louis BOUTIN d'avoir créé un site, ô combien fédérateur, qui m'autorise à le faire. Ces réflexions ont pour but de nous aider à construire ce qui nous est cher, c'est à dire l'ostéopathie. Je cite A. de Saint Exupery : " ..loin de m'éloigner de toi, ..., tes différences m'enrichissent ..."

Cette année a vu un tournant avec la reconnaissance du titre d'ostéopathe. Il faut remercier avant tout les ostéopathes, qui ont travaillé en ce sens depuis de nombreuses années, j'y ajouterai le rôle important tenu par Mr le Pr. Guy Nicolas.

Souvenons-nous cependant que lors du passage au Sénat, rien n'était gagné, et que  les interventions constructives de certains ont permis à la Commission Mixte Paritaire de donner des conclusions allant dans notre sens. Dont acte!

Il nous sera difficile de nous passer de l'opinion des trois syndicats de Kinés, dont deux sont représentatifs. Cela représente 40 000 professionnels environ. N'oublions pas non plus que " l'ostéo " a pris une réelle ampleur, grâce en majorité aux Kinés dont nous faisons en grand nombre partie!

La coordination, dont il faut louer les mérites et féliciter leurs impétrants, n'a pas l'exclusivité du dossier; d'autres organisations y travaillent et malheureusement certaines avec l'idée de détruire!

Quelles sont les différences qui nous séparent des kinés ?

La première est le double exercice. A ce jour, pour les médecins, l'interdiction est déontologique ; mais c'est plus une affaire de compétence. Pour les kinés, aujourd'hui et à ma connaissance, rien ne nous l'interdit, d'autant plus que les décrets n'ont pas encore vu le jour! Peut être que nous pourrions "exiger" un local différent? De toute façon, tôt ou tard, le professionnel choisira. Laissons cela se faire progressivement.

La deuxième est la reconnaissance des non-médecins et des non-kinés. La future harmonisation européenne des diplômes va vers la mise en place du fameux " 3-5-8 ". Licence (bac+3), Master (bac+5), Doctorat (bac+8). Je souhaite que cela arrive rapidement, en 2004? Cela nous permettra d'avaliser la profession d'ostéopathe. Une évolution s'est faite à la C.N.O, où l'on parle maintenant de 5 000 h, plutôt que d'années. Il est logique, et tout le monde en est d'accord, que des passerelles existent.

Quel écueil avec nos amis médecins ?

Le plus important que nous ayons rencontré lors de la commission NICOLAS est le problème du diagnostic. J'ai toujours proposé (à l'instar d'autres professions de santé) de parler de diagnostic ostéopathique, tout ceci hors prescription médicale. Le nombre d'heures d'études requis ou le futur niveau à bac +5 (ou 6), nous permettront d'avoir les connaissances nécessaires à ne pas nuire et d'avoir la compétence d' "ouvrir le parapluie " ! Les kinés ont obtenu, dans leur décret de compétence, un diagnostic. Il existe d'autres professions de santé qui ont cette liberté par rapport à leur exercice. Ne soyons pas plus royalistes... Cela ouvre aussi un autre débat sur l'ostéopathie : médecine par les preuves? profession de santé? soins de confort ? etc..?

Le dernier point important est relatif à l'enseignement :

Celui-ci est aujourd'hui dispensé dans des écoles privées ou dans des centres de formation "reconnus" comme l'O.N.R.E.K. Il est indispensable de l'ouvrir également au "public", afin de déboucher sur des facultés d'ostéopathie - à l'image de celles des dentistes - seules garantes de conserver l'identité ostéopathique que nous concevons. Cela est incontournable pour que l'ostéopathie prenne la place que nous voulons lui donner.

Dans "le bain" de l'ostéopathie depuis 1978, j'ai l'humilité de vous dire que ces propositions vont dans le sens de solutions pour l'élaboration des futurs décrets. Elles ménagent les susceptibilités propres à chaque profession. Elles s'élèvent au dessus des intérêts financiers  et elles ont le mérite d'être ouvertes à tous et à la discussion, dans le respect de chacun.

Ostéopathiquement vôtre.

Jacques LAPOUMEROULIE,  M.K.D.E., OSTÉOPATHE D.O.

chargé du dossier Ostéopathie auprès du S.N.M.K.R.

Publicité

Publicité

Votre publicité ici

site pub1

Les Revues

Nous avons 1679 invités et aucun membre en ligne

Congrès & conférences

Abonnez-vous

abonnement juin17

Nos partenaires

tutosteopathia osteokompass

Calendrier Formation

Septembre 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut